Sur la route

80% des utilisateurs de camping-car auraient plus de 50 ans… Cet été, avec mari et enfants, nous allons contribuer à faire baisser la moyenne ! Nous attaquons demain un périple de 14 jours en « CC ».

C’est déjà la 3e fois que nous louons un de ces gros bahuts pour les vacances d’été :

  • La première fois, en 2012, nous avions fait un 1/2 tour de France : Jura, Alpes du nord et du sud, Provence, Arles, Carcassone, Pyrénées, Pays basque, Landes, La Rochelle… 3600 km en 15 jours (oui, on aime bien rouler). Une leçon de géographie king size pour les enfants (11, 9 et 7 ans) (pour nous aussi, d’ailleurs).

Vue de la chambre des parents, col du Tourmalet, été 2012

  • Notre deuxième expérience en CC date de l’été 2015. Complètement séduits par les quelques nuits en montagne lors de notre premier voyage, et amoureux de la montagne, nous avions choisi de tailler la Route des grandes Alpes. L’itinéraire va du Léman à Nice, et passe par une vingtaine de cols de montagne.

Le parcours de la Route des grandes Alpes

Petite touche personnelle, nous avons suivi l’itinéraire à l’envers, et en zappant la partie méditerranéenne – trop de monde pour nous qui choisissons ce type de vacances pour fuir la foule. Et puis aussi parce que nous aimions bien l’idée de terminer les vacances par une baignade à Thonon-les-bains 🙂

Dernier jour de notre trip 2015, Thonon-les-bains

Et donc, rebelote cette année pour le CC ! Sans idée précise de là où nous allons (même si une carte approximative a été établie) (hum).

La France, vue par la Mauwette

Évidemment, la Mauwette adorerait aller faire le tour des côtes françaises, mais c’est « mission impossible » en été pour les camping-caristes adeptes du stationnement libre.

Car, oui, il faut que je le précise : pendant nos deux précédents périples, nous ne nous sommes pratiquement jamais arrêtés dans des campings, et encore moins sur les aires le plus souvent bondées dédiées aux campings-cars. Pour passer nos nuits, nous avons toujours choisi nos emplacements « au petit bonheur la chance ».

Un petit coin tres sympa, pas tres loin de la source de la Loire, été 2015

Sur le parking d’une église dans un petit village d’Auvergne, au bord d’un lac près de Carcassonne, sur le port des Minimes à La Rochelle, et surtout sur les parkings de départ des randonnées des Cols d’Izoar, du Lautaret, du Tourmalet, du Galibier… Avec la montagne rien que pour nous au réveil. Le bonheur.

Rendez-vous sur mon compte Instagram (@schesnel) pour avoir une idée de ce à quoi peuvent ressembler ces voyages pas du tout exotiques, mais tout de même fantastiques 😉 Mot-dièse : #ccreport, of course !

>> Si vous voulez en savoir plus sur les camping-cars, vous pouvez écouter cette chronique de mon ancien de voisin de bureau à Radio France, Gérard Felzer. Lequel s’y connaît en habitat nomade puisqu’il a la chance de vivre sur une péniche, amarrée entre Concorde et Tour Eiffel…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s